De la fermeture à l'acquisition

10 années de procédure

Le site a été l'objet de débats entre les pouvoirs publics,

souhaitant sa conservation, l'opinion publique divisée et

le propriétaire du site ; histoire à rebondissements. Une première procédure d'inscription à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques a échoué en 1995, suite à un recours de l'ancien exploitant.Une seconde procédure a donc été engagée sur-le-champ et a abouti à l'inscription le 11 janvier 2001. Pendant cette

période et à la demande de la ville d'Uckange, les études et projets de valorisation se sont succédés ainsi que les recherches de partenariats potentiels. Pour la première fois, le contrat de plan État Région 2000-2006 a prévu, dans son volet après-mine, la mise en sécurité du site et sa mise en lumière ainsi que les crédits correspondants. La Communauté d’Agglomération du Val de Fensch décide d'acquérir le haut-fourneau fin 2001 et la la vente abouti en mai 2005.

Le U4 un témoin de l’histoire des techniques

Deux historiens des techniques, Philippe Mioche et Denis Woronoff, sont missionnés par la Direction Régionale des Affaires Culturelles pour désigner le haut-fourneau qui mérite d'être conservé. Les deux experts se prononcent d'un point de vue historique, en faveur de l'U4 en s'appuyant sur plusieurs particularités du haut-fourneau en question : il date des années 1930 et malgré un remaniement important en 1969, sa structure a été peu modifiée (assemblage majoritairement riveté  par exemple) ; par ailleurs, sa technique de chargement est originale et peu courante (alimentation du haut-fourneau par bennes Staehler à fond ouvrant, seul exemple subsistant en France où le système des chariots basculants ou bandes transporteuses s'est généralisé).

La mobilisation des

« anciens d'Uckange»

D'anciens ouvriers et ingénieurs de l'usine créent

l'association MECILOR afin de défendre le site et

deconvaincre les pouvoirs publics de l’intérêt de

sa sauvegarde.

Ils présentent un dossier auprès du Ministère de la

Culture pour un classement du site en préconisant,

sur des critères technologiques, de conserver le U1,

le haut-fourneau le plus récent de l'usine, contemporain

des hauts-fourneaux de Hayange. Une pétition pour

préserver le site est diffusée et recueille plus de 700 signatures.

Sauvegarde assurée pour la soufflante de Rombas:

Une soufflante est une immense machine qui apporte de l'air aux hauts-fourneaux, comme le soufflet dans une forge. Celle de Rombas a été construite en 1896 en Allemagne et installée dans l'usine de Rombas qui compta jusqu'à 7 hauts-fourneaux. Elle pèse près de 90 tonnes pour 20 mètres de longueur, 6 de largeur et 4,5 de hauteur. Lorsqu'en 2000, SOLLAC démonte l'usine de Rombas, quelques passionnés se battent pour conserver cette machine du 19ème siècle. Elle est alors transportée à Neuves-Maisons, cependant, aucun projet de valorisation à court terme n'est visible. En 2005, la communauté

 d'agglomération décide alors de récupérer cette machine afin

de la mettre en valeur sur le site, dans le cadre d'un projet cohérent.

Le U4 :15 ans de mobilisation

accueil page 1 page2